Pas de ferme-usine, ni à Coussay-les-Bois, ni ailleurs.

Alors que la ferme des 1 000 vaches de la Somme stoppe son projet, la cour d’appel administrative de Bordeaux casse le jugement du tribunal administratif de Poitiers pour autoriser la ferme des 1 200 taurillons de Coussay les Bois. Curieuse coïncidence du calendrier.

Ces fermes-usines où le paysan devient un entrepreneur et l’animal une matière première ont un seul but : celui d’engranger des profits. Et pour que cela soit le plus rentable possible on associe une usine de méthanisation et des panneaux solaires pour produire de l’électricité avec un prix de revente garanti. Les usines de méthanisation augmentent encore la pollution en augmentant le trafic des camions et en produisant les cultures intermédiaires à vocation énergétique (CIVE) pour la méthanisation… Ces CIVE prennent la place des cultures vivrières. C’est le productivisme capitaliste appliqué à l’agriculture. Tout ça pour produire de la viande de mauvaise qualité dans des conditions d’élevage déplorable. Tout ça avec le risque de polluer la nappe phréatique. Tout ça malgré une forte opposition locale.

De ce modèle agricole prôné par la FNSEA et les ministres de l’agriculture successifs nous n’en voulons pas.

L’agriculture est une réponse au défi climatique. Stocker le carbone, enrichir les sols, favoriser la biodiversité, associer arbres, cultures et animaux sur une même parcelle… autant de pratiques d’une agroécologie paysanne, incompatible avec le productivisme agricole actuel fonctionnant à coup de subventions publiques et de surdosages chimiques.

Le NPA 86 exige l’abandon de la ferme-usine de Coussay-les-Bois et continuera de participer aux mobilisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *