Jeudi 20 janvier, meeting Poutou, un meeting des luttes, pour l’urgence anticapitaliste !

Philippe Poutou, candidat à l’élection présidentielle, sera à Poitiers le 20 janvier 2022. Il tiendra un meeting à 20h aux Salons de Blossac.

Dans l’après-midi, Philippe Poutou, accompagné de militantEs du NPA, rencontrera le collectif pour la sortie du nucléaire de la Vienne pour échanger avec les militantEs antinucléaires sur la question de Civaux, des risques, des déchets, mais aussi des alternatives possibles.

Lors du meeting, en plus de l’intervention de notre candidat et d’une militante locale, nous donnerons la parole à des actrices et acteurs des luttes.

Interviendront donc les collectifs « Bassines, Non merci » de la Vienne et des Deux-Sèvres qui s’opposent aux mégabassines en Poitou-Charentes, avec des dizaines de citoyenNEs, associations, collectifs, syndicats, partis (dont le NPA). Une lutte qui dure depuis des années.

Interviendra également le collectif « Min’ de Rien » qui met en place de la solidarité concrète auprès des migrantEs. Le NPA, qui défend une politique solidaire et internationaliste se doit de donner la parole à celles et ceux qui luttent pour un accueil digne.

Notre campagne est une campagne des luttes : nous voulons utiliser la tribune qu’offre une participation électorale pour faire entendre les combats sociaux, écologiques, antiracistes, solidaires.

Toujours à la recherche de parrainages, Philippe Poutou et les militantEs du NPA profitent de ce meeting pour interpeller les éluEs de la Vienne. Nous avons toujours besoin de rassembler des parrainages pour que le seul ouvrier au chômage en lice puisse réellement être présent à la présidentielle. Les éluEs peuvent venir nous rencontrer au meeting, une table sera consacrée à cette question. Ils peuvent aussi nous contacter à l’adresse signatures@poutou2022.org

Dans cette campagne, Philippe Poutou et le NPA cherchent à mettre en avant plusieurs thèmes et revendications. Face au défi du réchauffement climatique, nous proposons la réquisition des entreprises polluantes comme Total, la socialisation de l’économie et notamment un monopôle public de l’énergie et de la banque, enfin la planification démocratique de l’économie pour que les choix politiques soient pris collectivement et pas laissés au bon vouloir de grands chefs d’entreprises qui ne voient que par le prisme des profits. Dans le même ordre nous voulons les transports publics gratuits, l’arrêt des pesticides et insecticides ou encore la sortie du nucléaire.

Face à l’extrême-droite et à la droite qui ne cessent de faire de la surenchère raciste, et alternativement à la gauche qui bégaye sur ces questions, nous voulons affirmer une politique clairement antiraciste : contre tous les racismes, l’antisémitisme, l’islamophobie, la rromophobie, la négrophobie, le racisme antiasiatique, pour l’accueil inconditionnel, pour l’ouverture des frontières et la libre circulation et installation des humains.

Face à la crise sociale, nous voulons un revenu minimum de 1800€ net pour toutes et tous (moins de 25 ans compris). La réduction drastique du temps de travail en commençant par 32h et la retraite à 60 ans à taux plein (37,5 annuités). Mais nous voulons aussi poser la question de qui dirige les entreprises, pour quelle production : autrement dit la question d’une nouvelle société sans classes sociales où les travailleurEs s’auto-organisent.

Face aux oppressions patriarcales, nous voulons rappeler nos combats féministes et revendiquer des moyens pour lutter contre les violences masculines faites aux femmes. Nous faisons le lien entre patriarcat et capitalisme, deux systèmes qui se renforcent mutuellement. Nous revendiquons l’égalité salariale, le renforcement du droit à l’IVG en réouvrant des centres IVG et des maternités, ainsi qu’en allongeant le délai légal de l’IVG à 24 semaines, une éducation féministe, mais aussi des moyens pour lutter contre les LGBTIphobies. Nous voulons la PMA réellement accessibles à touTEs ainsi que la gratuité des parcours de transition et le changement d’état civil pour les personnes trans sur simple demande.

Pour finir, nous voulons rappeler que ces mesures ne peuvent être appliquées que dans le cadre d’une lutte de masse, radicale, démocratique : une révolution sociale et politique. L’élection présidentielle et le vote Philippe Poutou sont un moyen de nous faire entendre car plus de voix seront recueillies plus cela donnera de la légitimité et de la confiance à celles et ceux qui défendent cette perspective : c’est donc tout sauf une candidature de témoignage !

A jeudi, et rejoignez-nous dans cette campagne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.