1er mai à Poitiers : on lâche rien, on change tout !

Plus de 100 personnes ont manifesté physiquement, dans la rue, à Poitiers ce 1er Mai. Dans les quartiers de Chilvert (6) des Rocs (18), des Dunes (11), de Montbernage (50), de Beaulieu (20), de Bellejouane (2), des Couronneries (2, qui ont marché jusqu’à Montbernage), du centre-ville entre place d’Armes et place du marché (8), St-Cyprien (6), pont-Joubert (5), Montamisé (3), militantes et militants ont déambulé, avec pancartes et autocollants.

Nous avions lancé cet appel à manifester dans le respect des règles sanitaires. Pour nous l’idée était la suivante : se faire entendre et commencer à construire le rapport de force dans la rue. En finir avec l’austérité nécessitera des luttes, des grèves, des blocages. Être dans la rue ce 1er Mai c’était montrer que nous ne nous résignons pas. L’appel est lisible ici. Il l’est aussi en vidéo ci-dessous.

Bien entendu cet appel ne détient aucun monopole de la lutte. Les initiatives furent nombreuses et beaucoup de personnes ont affiché des messages à leurs fenêtres ou balcons.

Mais nous voulions aller plus loin, prendre la rue pour montrer que nos idées et libertés ne sont pas confinées et confinables. Nous, militantEs et sympathisantEs du NPA, sommes heureuses et heureux de nous être retrouvés avec des militantEs libertaires, anarchistes, de Solidaires, de la FSU, de la CGT, de la CNT, avec des gilets jaunes, avec des militantEs antiracistes, féministes, écologistes, membres ou non d’une organisation, dans la rue ce 1er mai.

Dans le contexte actuel, se rassembler à une centaine de personnes à Poitiers est un succès. Cela montre que nous sommes debout et que les luttes seront bien au rendez-vous du déconfinement, puisque nous avons des comptes à régler avec ce gouvernement et le patronat.

Nos vies valent plus que leurs profits !

8 commentaires sur “1er mai à Poitiers : on lâche rien, on change tout !

  1. ces photos font du bien ! preuves qu’ un décret n’est qu’un bout de papier.
    Toutefois nous ne devons pas imaginer qu’ils lâcheront sans violence car ils (Macron le GIF – Gestionnaire des Immenses Fortunes et ses commis) ne sont que des employés des oligarques mondialisés.

  2. Moins un.
    Vous pouvez retirer une personne du décompte de la liste des manifestant-es (moi). En effet, je ne savais pas que ma participation allait servir à l’opération de récupération du NPA à travers son site.
    La glorification du Parti/Syndicat/Assos (quelqu’il/elle soit) et le culte du sectarisme (mon Parti, Syndicat, Assos il/elle a toujours raison car on est le/la plus fort.e) me font horreur.
    Salutations anticapitalistes et unitaire
    Pascal Canaud

    1. Bonjour Pascal,
      Je suis très surpris par ton commentaire.
      Nous ne cherchons absolument pas à récupérer quoi que ce soit. Nous avons simplement lancé une initiative politique, celle-ci a fonctionné à des endroits, moins à d’autres. Pour sûr, partout, les militantEs du NPA y étaient minoritaires et comme cela est précisé dans l’article, il y avait des membres d’organisations syndicales (FSU, Solidaires, CGT, CNT) et des personnes membres d’aucune organisation).
      Le NPA n’est pas LA solution ou l’issue aux luttes, nous ne cessons de le dire. Nous pensons que le débouché politique viendra d’en bas, des luttes, de l’auto-organisation des gens en lutte, etc. Nous défendons nos idées, notamment le communisme, mais comme nous voulons aussi la démocratie directe et permanente, nous acceptons que nos idées soient minoritaires.
      Toutefois, je ne comprends pas bien le sectarisme qu’il y aurait à lancer une initiative et à en rendre compte. Tout cela alors que dans le CR de cette initiative nous expliquons bien la diversité des présentEs et le besoin des luttes à venir (qui ne peuvent être que pluralistes et unitaires). Après, nous ne sommes pas responsables du fait d’avoir été presque seuls à appeler à prendre la rue (presque car il y avait aussi des personnes individuellement qui le souhaitaient, et des camarades anarchistes).
      Ton commentaire semble être un bien mauvais procès. Du moins il nous prête des intentions que nous n’avons pas, et auxquelles nous n’avons pas pensé.
      Salutations révolutionnaires
      Alex.

    2. J’ai une profonde incompréhension avec l’analyse de Pascal alors même que nous militons aussi à côté dans le meme syndicat…

      Je me questionne sur tes intentions Pascal, le npa est il a combattre en ce moment de lutte ???
      Je ne préfère même pas débattre de sectarisme sur internet avec toi…

      De mon côté je pense qu’il est l’heure d’unifier nos forces, de se rassembler à la gauche. Le NPA à appelé à la manif, 100 personnes se sont rassemblées. C’est bien, il faut en être content, rassuré,…

      Il faut que ça nous donne des idées ! Il faut poursuivre tous ensemble !
      Le jour d’après il faudra être tous la !

  3. Idem que les copains ci-dessus : on en parlait hier soir lors d’un apéro (clando bien sûr) avec une copine de Osons …. Vous avez appelé à faire quoi hier ? La copine qui nous a invités à ce mouvement nous a demandé l’autorisation pour les photos et contextuellement je me fous bien des couleurs locales …. Par contre ne venez pas pleurer au second tour si vous ne faites les bons choix dès maintenant ….. On reprendra du couvre feu et de la grande bourgeoisie locale sans marchés à la première occasion …. Réfléchissez vite et maintenant en mettant de coté vos égaux et différents grotesques qui vous décrédibilisent ! J’ai pas voté NPA mais je suis fière d’être affichée avec eux pour ce 1er mai confiné.
    Vanessa

    1. Je suis d’accord avec toi, Vanessa.
      Ce récit, même signé du NPA, appartient à nous tous et toutes, j’en ai trouvé les formulations très ouvertes, et je suis ravie d’y voir ma banderole en photo. Je ne suis pas au NPA, je peux être en désaccord avec ce parti sur des questions de positionnement et de stratégie, ça ne m’empêche pas de trouver leur existence utile, ni de marcher à leurs côtés.
      J’ai manifesté vendredi avec des individus dont je savais à peu près une partie de leur appartenance (Solidaires, NPA, Ensemble, FSU…), appartenances croisées souvent.
      L’unité, on n’y arrivera donc jamais ?

  4. Bonne initiative ;
    dommage qu’elle n’ait pas été suffisamment connue ;
    à Mignaloux, nous étions 4 de SUD-Solidaires dans notre quartier ;
    si nous avions eu plus d’infos, nous aurions pu regrouper une dizaine de personnes dans la rue…
    Je trouve la réaction de Pascal pour le moins saugrenue…
    Je pense que nous avons plutôt besoin de nous regrouper,
    nous ne sommes pas si nombreux…
    à bientôt dans la poursuite de nos luttes communes…
    Jean-Pierre Bujeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *