Poitiers : non au couvre-feu !

Alors que les personnels soignants comme tou.te.s les salarié.e.s dans les activités indispensables n’ont pas les mesures indispensables pour accomplir leur mission dans des conditions de sécurité optimales, Alain Claeys met en place un couvre feu.

Il se met ainsi dans les pas des maires les plus réactionnaires du sud et du sud est de la France comme ceux de Nice ou de Béziers. Une fois de plus la seule réponse, après les amendes, est  la repression qui se renforce.

Il est sûrement plus facile d’être confiné dans une maison avec jardin que dans les immeubles des quartiers populaires.

Si nous ne remettons pas en cause le confinement nous ne pensons pas que la police et la répression soient les meilleurs moyens de stopper l’épidémie et de protéger la population.

Le NPA Poitiers demande l’arrêt du couvre-feu, l’arrêt de la stigmatisation des jeunes au pied des tours et le remplacement de la police par des médiateurs et médiatrices pour expliquer et convaincre de la nécessité du confinement. Une démarche politique et sanitaire, plutôt que policière.

Retrouvez Toutes nos propositions en cliquant ici.

Poitiers, le 24 mars 2020.

Un commentaire sur “Poitiers : non au couvre-feu !

  1. Les chantres du dialogue raisonnable, de la médiation sociale qui leur couvre de miel les lèvres sont en fait des imposteurs. lorsqu’il y a une complexité, une difficulté à faire appliquer une telle mesure de confinement ils n’ont qu’une réponse militaire et/ou d’ordre public, par une violence institutionnelle. Ils sont réactionnaires au sens d’être incapables d’envisager qu’une autre piste est possible, que si les gens au bas des immeubles ne pigent pas et ne prennent pas à leur compte les gestes de base martelés partout, c’est peut-être qu’on leur explique pas bien, et y compris que certains ne veulent pas comprendre lorsque c’est la police avec sa pédagogie légendaire majoritairement qui l’applique. C’est quoi l’objectif Monsieur le député spécialiste dans l’éthique etc…? Faire rentrer à coup de matraques et d’amendes des gestes et des compréhensions complexes chez les gens, enfin « chez les bourrins qui pigent rien » ?
    Quel mépris et qu’elle inefficacité probable! Depuis quand les coups de pieds et les insultes ont-elles fait avancer la sécurité dans les « quartiers ». Non ces pratiques génèrent de la haine, de l’incompréhension des consignes, dévalorisées par leurs messagers et au final de l’insécurité pour toutes et tous, et quelques fractures, pas que sociales ou numériques !
    Comme toujours le paternalisme devient virulent et violent lorsqu’il est confronté à ses limites et à sa vanité en matière de résultats concrets. Voilà le vrai village de cette macronie qui se veut adopter un ton patelin, un langage socialo démocratico moraliste et qui organise un peu plus la non-compréhension, la violence et qui fait monter le niveau moyen d’individualisme et de connerie en divisant les habitants les citoyens les travailleurs! Le père la morale prendra des airs sérieux et profond et un ton patelin pour expliquer « que la situation impose de telles mesures dans le but de protéger les plus faibles et que les mesures d’ordre public sont là pour protéger etc… » t’as raison Gaston, et pendant ce temps il gardera ce masque, lui qui a bien accompagné avec ses amis politiques divers et changeants la destruction de la santé en France car il fallait entendre « que la situation imposait de telles mesures dans le but de protéger les plus faibles et que les mesures de restrictions sont en fait une réorganisation destinée… » Et on voit bien l’impasse et le bordel total actuel. Ces ratiocineurs sont misérables et il faudra avoir la mémoire : qui fut le président du CA du CHU de Poitiers ? entre autres souvenirs à graver dans nos têtes. Le couvre feu est il le nouveau nom d’un masquage de la réalité de la déroute de ces gestionnaires du vide ? Un masquage sans masques (y en a pas !) mais en tous les cas une mascarade de plus dans cette ville, comme ailleurs, soyons honnêtes. Monsieur CLA n’a pas le monopole de la honte bue ! Par contre il a une sacrée descente pour en boire autant depuis des années. N’oublions pas, jamais !
    NB: destiné aux adultes professionnels ou pas qui connaissent les jeunes visés de fait par ce type de mesures : le couvre feu comme nouveau jeu dans les cités c’est comme les caméras de « vidéo-protection » : on joue à cache cache avec les keufs et on fait du tir au paint-ball sur les vitres des caméras ou on calcule les angles de vue pour aller si possible les taguer. Jack pot pour le tag sur la caméra du commissariat et une partie gratuite ! Et pendant ce temps là le virus veille et se promène.
    Bon courage à tous et restes à distance et du virus et de la connerie !

Répondre à reserbat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *