Belle réunion pour un Poitiers féministe et anticapitaliste

Le jeudi 27 février nous avons organisé une réunion publique à l’auberge de jeunesse de Poitiers sur le thème du féminisme.

Dans un premier temps Manon Labaye est revenue sur les différents débats organisés lors des élections municipales et nos propositions sur les thèmes qui reviennent dans ces débats. Et nous faisons le constat qu’un des grands thèmes oubliés c’est celui du féminisme, d’où l’importance d’organiser cette réunion.

Dans un second temps c’est Aurore Koechlin qui nous a présenté ce qu’elle développe dans son livre « La Révolution féministe. ».

En commençant par l’idée que nous sommes en train de vivre la 4ème vague féministe.

1er vague : le mouvement des suffragettes 

2ème vague : les années 70 avec les mobilisation pour l’IVG et la contraception 

3ème vague : les années 90 avec une tentative de convergence avec les questions LGBTI et antiracistes 

4ème vague : depuis 2010 avec la mobilisation contre les féminicides en Amérique latine puis le mouvement #Metoo 

Depuis quelques année, l’idée d’une grève internationale pour le 8 mars se développe. Cela permettrait de reconstruire les mouvements féministes dans chaque pays. Il y a nécessité d’avoir des mouvements de masse comme en Espagne où il y a eu 5 à 6 millions de femmes dans les rues. 

Aurore a rappelé que nous construisons l’idée d’un féminisme inclusif qui mêle la question des luttes sociales, de l’antiracisme aux revendications féministes.

En ce qui concerne la place des femmes dans la société, la question économique et sociale est centrale. Les femmes sont souvent cantonnées à du travail reproductif, assignées à un type de travail (service public, service à la personnes, famille, etc.).

Mais si les femmes s’arrêtent tout s’arrête. Et la meilleure arme pour ça c’est la grève. Le 8 mars, jour symbolique, ne suffit pas, mais permet d’avoir une grève internationale. C’est un point d’appui. 

Il faut libérer les femmes de la double journée de travail et pour cela le soutien des hommes est important, ne serait-ce que pour s’occuper des tâches domestiques, des enfants pour permettre aux femmes de se retrouver et de s’organiser.

Cette oppression structurelle de la société est nécessaire au système capitaliste. Seules les mobilisations permettent d’arracher de nouveaux droits. Nous optons pour une stratégie révolutionnaire pour sortir du capitalisme et du patriarcat. Et ce cela ne se fera qu’avec la convergence de toutes les luttes sociales.

Dans un troisième temps de la réunion publique il y a eu un échange avec le public.

Plusieurs thèmes ont été abordés :

Comment converger ? Beaucoup de femmes notamment des quartiers populaires n’osent pas prendre la parole. Il faut prendre conscience de la domination. Quelle est la place des hommes dans les mouvements féministes? l’intime devient politique. Questions sur l’afro-féminisme et les femmes racisées? Quid des gilets jaunes ? Etc.

Nous avons également rappelé les différentes actions organisées par le collectif du 8 mars et l’AG des femmes à la fac SHA le mardi 3 mars à 18h.

Nous avons terminé la soirée par un moment convivial autour d’un buffet. Et Aurore a vendu et dédicacé quelques livres. Merci à elle pour sa venue !

Et un beau collage, avec affiches féministes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *